Accords mets-vins

Légers, les vins d’été

Les vins de saison sont souvent des vins de mono cépage, jeunes et se déclinent en trois couleurs, sans oublier les mousseux.

Pour accompagner buffets froids et salades folles, point n’est besoin de tanins puissants ni de boisé. Priorité aux vins qui laissent éclater les notes fruitées ! L’ingrédient dominant du plat détermine la couleur du vin : chèvre frais et mesclun feront bon ménage avec un Sauvignon blanc de Sancerre, une salade de la mer avec un Chardonnay du Château de Vufflens ; melon et jambon seront les complices d’un Viognier, la salade paysanne d’un Gamay du  Domaine de Sarraux et les antipasti se plairont avec un rosé

L’été en verrines

Un peu de croquant, de fondant, du chaud, du froid, beaucoup de couleur... à mêler saveurs et textures, strates et entrelacs, on se prend vite au jeu des compositions les plus originales.
Pour l’apéritif et en entrée, les verrines salées font sensation: caviar d’aubergines au chèvre frais et tomates confites, tartare de bar avec une émulsion à la mangue, Saint-Jacques aux deux coulis de poivrons, dés de saumon au lait de coco et coriandre, semoule à l’agneau grillé, mousse d’avocat et crevettes, velouté de courgettes rehaussé de feta en cubes, gaspachos… véritables miniatures des plats de l’été, les verrines retiennent tous les regards et mettent les papilles en éveil.
Ces goûts multiples, un brin exotiques et qui font la part belle aux épices, demandent un vin frais et sur le fruit. En offrant la structure d’un vin blanc et la gamme aromatique d’un vin rouge léger, le rosé se prête délicieusement à cette cuisine imaginative. Des associations colorées et gaies à déguster avec gourmandise, sous les feux de l’été !

L’apéro, coup de frais sur les terrasses de l’été !

Pour rien, pour tout, juste pour le plaisir, un apéro improvisé est le garant de moments complices et chaleureux.
Les vins blancs viennent en tête avec une préférence pour les monocépages qui n’ont pas connu la barrique, chasselas, johannisberg, chardonnay, sauvignon, viognier
Très appréciés aussi les rosés, qui présentent l’avantage de tenir lieu de vin unique pour l’ensemble du repas qui suivra.
Les inconditionnels de vins rouges les choisiront francs, gouleyants, jeunes, fruités, peu taniques.
Et puis les bulles ! Fines, légères, festives, elles émoustillent volontiers les papilles à l’heure de l’apéritif.

Le champagne et les vins mousseux méthode traditionnelle passent à table

Elu vin des célébrations, associé aux événements importants, son effervescence magique lui confère le privilège d’être de toutes les fêtes.

Le champagne et les méthodes traditionnelles s'invitent à notre table. 
En voici quelques suggestions :
Un Blanc de Blancs, chardonnay pur, aérien, aux parfums de fleurs (aubépine, tilleul) et d’agrumes, s’harmonise à merveille avec les entrées de poisson, de fruits de mer, des médaillons de veau aux girolles.
Un Brut classique se plaît avec des noix de St-Jacques poêlées au gingembre, un Saint-Pierre en sauce, une volaille, un fromage à pâte molle.
Un Brut Millésimé, ample et généreux, décline superbement ses notes plus charpentées avec une viande, un risotto à la truffe blanche, un pavé de Loup aux agrumes.
Un Brut Rosé aux arômes de miel, de brioche et de framboise s’avère parfait sur un trio de foies gras (cru, mi-cuit et cuit), un canard aux airelles, des desserts fruités, ou encore des sorbets.
Winston Churchill se plaisait à dire que l’on mérite le champagne en cas de victoire, et que l’on en a besoin en cas de défaite. Pour nous, déguster une flûte de champagne est une façon délicate de souligner un moment de bonheur. Et vous ?